Les voilà, les p’tits loulous tout beaux, tout propres, avec un joli sourire prêt à en découdre avec leurs nouvelles écoles, se faire de nouveaux amis/es, être plongés dans une culture française jusqu’au bout des cheveux, qui n’ont pas encore de poux...

Les garçons vont à l’école du village : l’école des violettes. Beaucoup d'appréhension pour Clovis, alors que nous avions pourtant visité l’école quelques jours avant. Il pleure, je sens que les larmes me montent aux yeux. J’essaye de sourire et de rester positive, mais je n’y arrive pas. Je me planque derrière une porte pour me raisonner : c’est pourtant pas compliqué ! Promis, je ne dirai plus rien sur les mamans qui viennent les larmes aux yeux le jour de la rentrée...

La rentrée de Charline se passe le lendemain... ça me laissera plus de temps.

Pendant ce temps, mon gars est en Azerbaïdjan, à Bakou. Oui, regardez où ça se trouve sur une carte... moi je pensais que c'était plutôt un pays style "Borat", mais non, loin de là ! Mais revenons à nos écoliers !

FE9FBE8B-C7FD-4DA5-89CC-344DA15C82DD jardin potager de l’école où certaines classes vont faire du jardinage (classes d’Hector et d’Edgar)

C30C2570-F47D-4ED6-A6F8-605495C49BC9 L’école des Violettes, à taille humaine pour les gars

Au final, les gars sont plutôt contents d’y aller (on peut même voir la Tour Eiffel depuis la sortie du bâtiment, trop la classe !) et en plus, je les récupère tous les midis (pause de 2h) sans prendre le bus scolaire. Ils vont à l’école à pieds et sont autonomes pour y aller / rentrer ! Trop cool ! Ils sont plutôt contents pour le moment (et moi? Euhhhhh on va dire que je suis contente d’assurer la logistique et les repas !) ouais... même pas peur !

Quant à Charline, nous avons eu une série de loupés stressants pour elle (et pour moi), entre le bus qu’elle n’a pas pris le matin de la rentrée, le GPS qui veut absolument nous faire passer par une route barrée et la crevaison d’un pneu de la voiture, je crois que tout s’est ligué contre nous. Mais c’était mal nous connaître ! On a relevé le défi, quitte à courir sous la pluie pour aller chercher la 106 des parents garée à l’autre bout du village, quitte à faire 3 fois le tour du village pour trouver la bonne route, celle du bus, en accélérant un peu la cadence... bref, quelques petites anecdotes dont on rigolera plus tard, mais qui, sur le coup, ont bien fait monter l'adrénaline !

9E3D43C3-1DA0-466C-ACDF-AB7CCBB0E735 Mur du collège Debussy. Je ne suis pas sûre que les gris de Saint Germain soient vraiment du goût de Charline, même si sa garde robe en compte énormément !! En allant la rechercher un midi (avec tous ses livres et son genou en vrac, c’était plus prudent), je croise son prof principal qui me dit qu’elle a de la chance d'être dans une classe TGV. Mince, me dis-je, elle va passer le brevet ou le bac à la fin de l’année ? C’est quoi ce plan TGV ?? Elle va devoir suivre, pourvu qu’elle ne soit pas larguée... et là, évidemment, toutes les angoisses de la maman-qui-a-eu-sa-dose-de-stress remontent. Euh... TGV ? Le prof a dû voir que je me décomposais car il m’a dit rapidement que c'était Tennis Golf Voile, avec un stage de voile de 5 jours à la fin de l'année. J’en suis restée sans voix... C’est sûr, dans ces conditions, le TGV, ça passe beaucoup mieux, même si elle a toujours son genou en vrac et qu’elle a passé une IRM pour voir ses ligaments...

80E3802A-D89A-48A4-9C9A-E00A61BE75CF Et voilà le quatuor, une semaine après la rentrée, yeux rouges et routine un peu plus installée... et puis horaires compatibles obligent !

Vous noterez aussi qu’ils ne sont plus en uniformes (Charline, elle, ça fait déjà deux ans). Y’a plus qu'à attendre la rentrée du gars... motivés motivés !!!!